Contemporain

Eleanor & Park, Rainbow Rowell

Eleanor & park.JPG

Editions PKJ
Publié en 2014.
380 pages
16,90€


4ème de Couverture : 

1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s’installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l’ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths… Et qu’importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là.


Mon Avis :

J’ai bien aimé ce livre mais ça n’a pas été un coup de coeur. C’est vrai que c’est une jolie histoire fraîche et prenante mais j’ai vraiment eu du mal à me plonger dedans, il n’y a qu’à la fin que je suis restée scotchée à mon livre, parce que c’est le seul moment où il y a vraiment de l’action et surtout quelque chose qui nous attrape. Il y a plusieurs passages que je n’ai pas compris dans le livre aussi, alors que c’est un contemporain jeunesse.
—–
De même, dès le début du livre, on nous présente une multitude de références (de film surtout, mais de musique aussi) et j’ai trouvé ça assez lassant à force. Peut être est-ce parce que l’auteur veut mettre en avant les années 80 et son cinéma/musique. Après j’ai trouve que la rédaction était assez plaisante, mais j’en avais un peu marre des fois de devoir tout déchiffrer. Ce n’est pas une écriture fluide pour moi, je trouve les tournures de phrases assez recherchées, ce qui n’est pas non plus une mauvaise chose mais je ne m’attendais pas à ça.
—-
Je m’attendais aussi à une histoire de folie, un roman qui aller me poigner, parce que j’en ai beaucoup entendu parler en bien. Je ne dis pas que l’histoire est banale, loin de là. Mais je n’ai pas tellement accroché aux personnages du livres, je n’ai pas trouvé Eleanor touchante, même si sa situation familiale m’a un peu touchée. Et aussi le fait du harcèlement scolaire (qui aurait du encore être plus développé pour moi parce que c’est quelque chose dont on ne parle pas souvent).
La mise en page du livre est assez originale, on peut se retrouver avec un chapitre qui fait 10 lignes. De même, le fait que l’on a dans le chapitre soit le point de vue externe de Park ou de Eleanor, mais je ne sais pas encore si c’est quelque chose que j’ai aimé ou que j’ai détesté. Et enfin, j’ai trouvé que ça manquait de dialogue, qu’on avait beaucoup trop de description, mais dans ses descriptions, on n’a rien appris sur la vie de Eleanor avant qu’elle arrive chez sa mère, ce qui m’a dérangé.
Mais c’est tout de même une très belle histoire, un très beau premier amour et si je devais vous le conseiller, je le ferais.

7 / 10

Contemporain

Un jour, David Nicholls

un jour.JPG

Editions 10/18
Publié en 2009
620 pages
9,90€


Résumé

A Londres et à Edimbourg, mais aussi dans le Yorkshire, en Inde, en Italie, en Grèce et même à Paris, de 1988 à 2007. Après la fête de fin d’année, Emma et Dexter passent une nuit ensemble. Lui, issu d’un milieu aisé, séduisant, sûr de lui, insouciant, frivole, dilettante ; elle, d’origine modeste, charmante qui s’ignore, bourrée de complexes, de principes et de convictions politiques.Commence alors une amitié improbable, une drôle d’histoire d’amour sur près de vingt ans. Dexter voyage et collectionne les aventures ; Emma travaille comme serveuse dans un mauvais tex-mex. Dexter devient animateur télé et court les soirées branchées ; Emma renonce à ses ambitions artistiques et enseigne l’anglais et le théâtre dans un collège difficile. Dexter se marie avec Sylvie, beauté froide et ambitieuse et lui fait un enfant ; Emma finit par vivre avec Ian, aspirant humoriste qui ne fait rire personne… Dexter et Emma mènent des vies séparées alors que tout les ramène l’un à l’autre. A moins que le destin, encore une fois, ne se joue d’eux…


Ce que j’en ai pensé (spoilers)

Tout d’abord, après avoir dépassé les cent pages, je trouve que l’histoire a du mal à commencer quand je me rends compte que c’est ça, ce que veut nous partager l’auteur. Quand je lis ce livre, j’ai l’impression que je suis dans une constante situation initiale. Il n’y a pas de péripéties, pas d’action ce qui rend la lecture assez lente et ennuyeuse pour la première partie du roman. Il y a aussi beaucoup trop de descriptions comparés aux dialogues. L’auteur nous présente aussi des personnages que nous ne retrouverons plus ensuite et je trouve ça un peu inutile. Par exemple, il y a Heidi dans le chapitre 3, ou encore Cheryl Thomson alias « la fille aux cigarettes » dans le chapitre 9. Heidi est présente parce que Dexter oublie la lettre qu’il veut donner à Emma dans un bar, et cette jeune femme la trouve. Mais je trouve que la description de sa vie ne fait pas avancer le reste de l’histoire. Une autre chose qui m’a dérangé durant ma lecture, c’est l’ambiance du livre. Comme si la vie était destinée à être malheureuse. Parce que à chaque fois que quelque chose de joyeux arrive, ce moment est vite rattrapé par un malheur qui s’abat soit sur Emma, soit sur Dexter. Donc la fin du livre est prévue au fil des chapitres, parce que le bonheur n’existe pas dans cette histoire. Même à la fin du livre, trois ans après la mort d’Emma, Dexter n’est pas heureux alors qu’il est en couple avec Maddy. Je pense qu’à ce moment-là, la chose qui le fait tenir et vivre, c’est Jasmine, sa fille.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Dexter. Dans les premiers chapitres, on voit que Dex est jeune et libre, qu’il ne se soucis pas de l’avenir et vit sa vie en voyageant (et en envoyant des cartes à Emma). Quand il revient à Londres, il se lance dans la carrière de présentateur TV et c’est à partir de ce moment que Dexter m’a dérangé : le succès lui est monté à la tête, il est tout le temps saoul, drogué et libertin, et fréquente des gens qu’il ne connaît même pas. Pourtant dans le chapitre 5, quand Dex et Em partent ensemble en vacances en Grèce, on nous montrait un Dexter encore assez modeste comparé aux années suivants son ascension dans le monde des médias. A cette époque, il avait encore une bonne relation amicale avec Emma. Pendant ce temps, elle, elle travaillait dans un petit restaurant mexicain, et était malheureuse. Elle a toujours rêvé d’écrire un livre pour changer le monde, or elle se retrouve dans une situation qui la mènera nulle part, comme le dit son patron. Mais elle réussit tout de même à quitter le fast-food et à devenir professeur, à avoir une situation stable et même un conjoint (Ian, personnage avec lequel je n’ai pas accroché du tout surtout à cause de son côté pesant et lourd). Emma et Dexter se donne rendez-vous dans un restaurant très chic, mais on sait déjà que leur relation est vacillante et est prête à exploser. Dexter n’est plus le même homme qu’Emma aime, elle ne retrouve plus en lui les choses qu’il faisait qu’elle ne pouvait pas se passer de lui, les choses qui lui prouvaient pourquoi il était son ami. Et c’est dans cette scène-là que leur relation se sépare, quand le Dexter saoul fait référence au fait qu’Emma est devenue enseignante parce que c’était la seule chose qu’elle pouvait : « ceux qui peuvent agissent, ceux qui ne peuvent pas enseignent ». Après cela, plusieurs années se passent sans qu’ils ne se revoient, à part dans les mariages des amis qu’ils ont en communs. Mon moment préféré dans le roman se trouve dans le chapitre 11, quand Emma a rendez-vous dans une maison d’édition mais qu’il y a eu un quiproquo avec l’éditrice. C’est à ce moment-là qu’on peut noter l’espérance brisée d’Emma pour publier son livre. De son côté, Dexter s’est retrouvé démodé dans le monde des médias et n’anime plus de shows. Il s’est rangé, et à même trouvé une femme avec laquelle il pense faire sa vie : Sylvie. En fait, c’est parce qu’elle l’a sauvé de l’alcool, de la drogue et de la cigarette que Dex pense qu’elle est la femme de sa vie.

Il va donc rencontrer sa famille, qui aura du mal à l’accepter, notamment après avoir jouer au jeu « Moriarty es-tu là » et après avoir assommé Sylvie d’un coup de bâton.
Finalement, lors du mariage de Tilly, la colocataire d’Emma quand elle était à l’université, Dex et Em se retrouve et se pardonne. Quand Dexter lui annonce qu’il va se marier avec Sylvie et qu’il va être père, Emma a un choc. Peut-être parce qu’ils s’étaient promis qu’à quarante ans, s’ils étaient encore célibataire, ils se marieraient. Emma est seule dans sa vie, alors que Dexter va se marier. D’ailleurs, dans le chapitre 14, on comprend que Dexter réalise enfin l’âge qu’il a (« je deviens vieux »), sa situation familiale et son rôle de père, même si ce n’est pas tellement un modèle. Tout à l’air d’aller au mieux pour lui. Pourtant, son mariage avec Sylvie ne dure pas longtemps, car celle-ci à une liaison secrète avec son meilleur ami, l’homme qui lui a permit de retrouver un travail.

Il va donc partir, une fois divorcé, à Paris, retrouver Emma pour l’été. En effet, celle-ci a pu éditer un livre jeunesse, et profite de ses vacances pour s’inspirer, pour la suite de la saga. Mais quand Dexter arrive, on voit tout de suite qu’il y a un malaise entre les deux, et on nous révèle plus tard qu’en fait, ils ont couché ensemble. Cela c’est passé quand Dex était triste et avait besoin d’une épaule sur qui pleurer une fois que Sylvie l’ait quitté. Sauf que quand il arrive à Paris, Emma a déjà rencontré un prénommé Jean-Pierre. Mais elle ne tarde pas à quitter Jean-Pierre pour Dexter.

On les retrouve un an après, heureux ensemble, et c’est le véritable moment dans le livre où ils sont heureux tout les deux. Dans le chapitre 16, on peut citer « Secrètement, et pour la première fois depuis des années, il se sent non pas satisfait, ni même content, mais heureux. Réellement heureux. Et fier de lui ». Grâce à Emma, Dexter se lance dans un petit commerce où il fait ses preuves. La période où ils sont ensemble est la plus joyeuse du film. Emma veut même faire un bébé avec Dexter, mais ils n’y arrivent pas. Et malheureusement, tout arrive si vite. Emma meurt avant même d’avoir pu visiter la maison qu’ils avaient prévu d’acheter. Dexter se retrouve encore plus malheureux qu’il n’aurait pu l’être. Il a du mal à vivre sans Em, et d’ailleurs il m’a fait de la peine lors du premier anniversaire de la mort d’Emma, où il était complètement saoul et le visage éraflé. Il a été obligé de se faire aidé par Sylvie, quand elle est venu lui apporter Jasmine et par son père, qui comprend ce que ça fait puisque la mère de Dexter est morte il y a plusieurs années de cela, quand il était célèbre.

Néanmoins j’aime beaucoup la fin de cette histoire, le fait de retourner dans le passé, en 1988, lors de leur rencontre, et de nous partager des scènes qui n’était pas dans le tout premier chapitre. Je trouve que l’auteur a eu la bonne idée de baser son livre sur le 15 juillet, à la saint Swithin, de faire évoluer l’histoire d’année en année mais de rester sur cette date à chaque chapitre, de relater les événements passés au cours de l’année en utilisant les ellipses. Les thèmes du livres abordés sont nombreux, mais je pense que le principal c’est le bonheur, surtout le fait qu’il est vraiment dur d’accéder au bonheur et qu’il est très facile de tout faire basculer. J’ai aussi l’impression que l’auteur veut nous montrer que la vie est courte, qu’il faut s’accrocher à nos rêves et de perséverer.

La fin de l’histoire a été déchirante, mais les moments où on remonte dans le temps nous consolent un peu vu que ce sont des moments assez frais et gais. On fini le livre avec le début de l’histoire et je trouve ça très beau, et très bien inventé. Je n’ai pas été déçu de ma lecture, même si au début je doutais un peu de comment allait évoluer l’histoire. J’ai passé de très bons moments en lisant ce livre, en découvrant la plume de David Nicholls et en voyageant à travers cette merveilleuse histoire et leçon de vie.

8 / 10

Contemporain

Nos Etoiles contraires, John Green

The Fault in our Stars.JPG

Editions Nathan
Publié en 2012
310 pages
13,95€


Résumé

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.


Ce que j’en ai pensé

Sérieusement, pourquoi est-ce que j’ai mis autant d’année avant de lire ce livre ? Oui je fais partie des personnes qui l’ont aimé et non je ne dirais aucun mal de ce livre pour la bonne raison que je l’ai beaucoup aimé. Je n’ai mis que 8 parce que j’ai pas eu le coup de coeur que j’espérais mais peut être que c’est à cause du fait que je l’ai lu en anglais et que j’ai pas saisis tout les petits détails.


Donc c’est l’histoire de Hazel qui a un cancer des poumons. Un jour, elle rencontre Gus à la réunion du groupe de soutien et ils vont devenir inséparable. J’ai beaucoup aimé ces deux personnages, et un peu plus Gus. J’aime vraiment son comportement, les phrases qu’il sort… Mais le truc c’est qu’il me manque un truc.
—–

Je ne vais pas épiloguer longtemps sur ce livre. Mais mon moment préféré c’est quand ils sont partis à Amsterdam. Ensuite, le moment qu’il m’a le plus touché ce n’est pas quand Gus meurt mais la fin du livre où Hazel a une discussion sur la vie avec ses parents. Sa mère lui apprend qu’elle prend des cours sur internet depuis un an et que petit à petit elle va retrouver une vie de femme active. Et c’est ce que Hazel craint le plus, qu’une fois qu’elle sera, ses parents se sépareront et se retrouveront dépressifs sans but dans la vie.
—–

Globalement, j’ai aimé ce livre même si j’ai mis longtemps à le lire (c’est surement parce que c’est en anglais).

8 / 10

Contemporain

La Vie est un arc-en-ciel, Cecelia Ahern

la vie est un arc en ciel

Editions  J’ai Lu
415 pages
Publié en 2004
6,90 €


Résumé

Depuis leur plus tendre enfance, Rosie et Alex sont les « meilleurs amis du monde ». Confidences, peines et joies : ils se disent tout. Ou presque. Car lorsque Alex quitte l’Irlande pour les États-Unis avec sa famille, l’un et l’autre ont le sentiment d’être arrachés à une histoire qui ne faisait que commencer. Mais leur amitié va survivre à l’épreuve du temps, de la distance, des difficultés, des bonheurs conjugaux et des malheurs familiaux, au fil d’une vie que chacun s’est construite de son côté. Peut-être parce que, secrètement, Rosie et Alex savent qu’ils ne se sont pas dit leur dernier mot. Un mot qui peut changer leur destin, du jour au lendemain.


Ce que j’en ai pensé

J’ai connu ce livre grâce à son adaptation Love, Rosie, et j’ai vu à la fin que c’était tiré d’un livre. Alors je me suis empressée de le commander ! Mais quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai vu que le livre tout entier était écrit en message, que ce soit sms, email ou lettre ! Au début, je ne sais pas si je devais aimer ou détester la rédaction, mais j’ai finalement penché pour le bon côté. C’est vrai que je n’ai jamais vu un livre écrit en message, et ça fait un peu bizarre de ne pas avoir de description mais je trouve qu’on s’y fait vraiment et que les messages entre les différents personnages nous permettent de savoir ce qui se passent entre tout le monde.

Ce livre déroule la vie presque entière de Rosie, mais aussi de Alex. On les retrouve à l’école en Irlande, quand ils ont 6 ans, au collège, au lycée… et à la fac pour Alex. Et même s’ils sont très souvent séparés, ils ne perdent pratiquement jamais contact. On les voit s’échanger leur vie à travers des emails. Il y a différentes années dans ce livre et la fin est révélatrice de l’histoire entière, de pourquoi le livre est écrit en message. En gros, c’est la vie de Rosie dans ce livre, l’histoire est plus penchée sur elle. Mais je n’ai toujours pas réussit à faire le lien entre l’histoire est le titre. Je trouve aussi que l’histoire a une toute petite ressemblance avec Un Jour de David Nicholls (chroniqué sur le blog!).

Le personnage qui se détache de l’histoire, c’est Rosie. Le livre est basée sur elle, avec sa famille. Rosie est amoureuse de Alex, ça, elle ne le cache pas (sauf à lui). Elle n’a pas eu la chance qu’elle avait voulu, c’est à dire partir à la fac en Amérique avec lui. Un petit incident qui va changer sa vie l’en empêche. Rosie ne sait pas tellement ce qu’elle veut, on la voit souvent perdue et démotivée. Quand à Alex, son meilleur ami, celui pour qui elle donnerait tout, eh bien il se retrouve très souvent indisponible pour elle. Que ce soit parce qu’un océan les sépare ou parce qu’il est en couple avec une autre. Mais le truc, c’est que lui aussi aime Rosie. Depuis pas mal de temps, et il a faillit lui dire, mais il y a eu encore une fois un imprévu. Ce livre regorge de chose qu’ils ont faillit faire. Il y a aussi Katie, qui joue un rôle assez important, surtout dans la vie de Rosie, évidement. Elle est très importante pour Rosie. Elle lui donnerait sa vie. Et il y a enfin Ruby, sa meilleure amie fille, qui a un caractère bien trempé ! Il y a d’autres personnages, mais voici les plus importants.

J’ai eu un tout petit coup de coeur pour cette histoire et évidemment la fin m’a fait pleuré. La découverte que l’on voit dans l’épilogue. Alors s’il vous plait découvrez cette histoire, que ce soit à travers le livre ou le film ! Une très belle histoire d' »amitié »

9 / 10