Avant toi – Jojo Moyes

Quand Lou apprend que le bar où elle est serveuse depuis des années, met la clé sous la porte, c’est la panique. En pleine crise, dans ce trou paumé de l’Angleterre, elle se démène pour dégoter un job qui lui permettra d’apporter à sa famille le soutien financier nécessaire. On lui propose un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. C’est alors que la jeune femme découvre Will, un jeune tétraplégique qui rêve de mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

Ça faisait des années que j’avais ce livre dans ma PAL et je l’ai enfin sorti. Je l’ai lu à l’occasion du readathon 48h fait sur Instagram, même si je ne l’ai pas lu en 48h parce que je suis lente eh oui. Ce n’est pas mon genre de prédilection comme vous vous doutez je pense, mais n’empêche de temps à temps j’aime beaucoup lire ce genre de livre, et je dois avouer que j’en lis de plus souvent, je diversifie un peu mes lectures et je ne reste pas bloquée sur du Young Adult (même si le YA c ma vi)

Tout d’abord en entrant dans ce livre j’ai trouvé qu’il y avait une ambiance plutôt particulière dans le sens où notre héroïne habite toujours chez ses parents à 26 ans, c’est une famille pauvre, et elle doit rester chez eux car elle n’a pas d’argent pour avoir son propre logement. Et elle doit les aider financièrement. De plus, l’histoire se passe dans une petite ville, on a comme un impression d’être enfermé, de ne pas pouvoir évoluer, d’être bloqué à jamais dans un coin paumé avec aucune évolution possible. Comme il est dit dans le résumé, elle perd son travail et doit en trouver un autre. Le « pole emploi » de la bas lui dégote un taff plutôt bien payé : s’occuper d’un tétraplégique (et là tu penses direct à Intouchable).

J’ai compris que j’avais peur d’exister sans lui.
– Comment peux-tu avoir le droit de détruire ma vie, quand moi je n’ai pas mon mot à dire au sujet de la tienne ?

C’est là qu’elle (et nous aussi) rencontre Will, qui vit dans son fauteuil depuis 2 ans. Au début, il est loin d’être sympa avec elle et lui en fait voir de toutes les couleurs. Malgré tout, ils vont tous les deux s’apprivoiser (ref au petit prince t’as vu) et crée un lien indescriptible. On arrive au fil des pages à s’attacher à Will (et à Lou aussi) et on comprend ce qu’il ressent, pourquoi il veut ne plus vivre (c’est dans le résumé, je ne spoil pas). Du coup quand Lou apprend ça, elle a déjà apprivoisé Will et le kiff bien, alors elle va essayer de faire en sorte de lui faire changer d’avis et qu’il reste en vie pour elle tout ça tout ça. Et je ne vous dis pas la suite.

Au début du livre j’ai eu un peu de mal à m’attacher aux personnages et à rentrer et être à fond dans l’histoire. Mais au fil des pages, j’ai commencé à adorer ma lecture et là impossible de m’arrêter, ce livre s’était transformé en un page turner et c’était juste trop bien. Je voulais savoir ce qui allait se passer, les idées de Lou, ses joies et ses déceptions. Et je voulais savoir ce qu’il allait se passer entre les deux, car la romance arrive assez tard. J’étais totalement à fond et j’ai adoré. Et une fois le livre finit j’étais au bout de ma vie. Le lendemain, j’ai enchainé avec le film, que j’ai aussi adoré.

On a qu’une vie, Clark. C’est le devoir de chacun de la vivre aussi intensément que possible.

Et bref, si vous aimez les contemporains, les personnages attachants et les relations compliquées, ce livre est fait pour vous. C’est aussi une belle leçon de vie, et j’en retiens qu’il faut vivre sa vie à fond car on ne sait jamais quand elle se finira.

9/10

50 nuisance d’Earl Grey, Fanny Merkin

grey parodi.JPG

Editions Milady (Romantica)
Publié en 2015
250 pages
9,90€

Résumé

Une parodie désopilante qui vous fera mouiller le sachet. Comme le hasard fait bien les choses, Anna, étudiante naïve aux mensurations idéales, a rencontré un homme incroyablement riche, divinement mystérieux, et délicieusement plus âgé qu’elle. Depuis, elle passe son temps à soupirer et à se mordre la lèvre inférieure. Surmonter les cinquante nuisances d’Earl Grey ne sera pas une mince affaire. Entre son admiration sans bornes pour le groupe Nickelback, son insupportable penchant pour le goût de la Bud Light et sa singulière addiction au BDSM (Bardes, Dragons, Sorcellerie et Magie), Anna n’est pas au bout de ses surprises… et vous non plus. 


Ce que j’en ai pensé

—-
Tout d’abord, je pense qu’il faut avoir lu Cinquante Nuances de Grey pour bien comprendre la moquerie de l’auteur dans ce livre. Evidemment, il est quand même abordable pour tout le monde. Pour ma part, j’ai complètement adoré 50 nuances et je trouve que ce livre ne le critique pas méchamment. Bon je vous l’avoue, il reprend les scènes de 50 nuances en les tournants au ridicule mais nous aussi on rigole! On peut alors comparer les deux livres, enfin il faut savoir que 50 nuisances reprend les 3 tomes de 50 nuances mais en mélangeant les événements, qui ne sont pas du tout dans l’ordre… vous me suivez?

Bref, j’ai trouvé ce livre très léger, et c’est un bon comme un mauvais point. Oui, il se lit très vite et on comprend tout (enfin je pense même si dès fois c’est quand même limite tellement les situations sont ridicules). Il est court. Par contre, oui, il est léger dans le sens que l’histoire se déroule sur une semaine et en une semaine ont a à peu près les mêmes événements que dans les 3 tomes de 50 nuances donc ça va très vite et il se passe beaucoup de choses.
Il ne faut pas s’attendre à une histoire d’amour comme dans 50 nuances, en une semaine il ne peut pas se passer grand chose même si Earl prétend le contraire. J’ai vraiment bien aimé le personnage d’Earl (il reprend Christian si vous n’aviez pas compris). Pour lui, l’auteur a remplacé son goût du sadisme par un jeu de rôle (si j’ai bien compris) dont il doit s’éprendre d’ébats sexuels pour se satisfaire. On retrouve quand même les côtés de 50 nuances où il l’attache avec une cravate. Mais le personnage d’Anna m’a un peu lassé, l’auteur a totalement appuyé sur son côté niais. Car oui, toutes les personnalités sont quadruplées. 
Il y a ensuite le personnage qui remplace José. Il s’appelle Jin et est fan de mon petit poney. Oui, j’ai rit dès que je suis rentrée dans ce monde. Il se passe beaucoup de chose avec ce jeune homme et j’aime vraiment. Puis il y a le personnage de Katleen qui remplace Kate. Alors je ne l’ai pas aimé, j’ai pas accroché à comment l’auteur l’a tourné. C’est une alcoolo de 40 ans qui ne fait rien de ses journées et je trouve que ça ne caractérise en rien Kate, alors que pour Jin on retrouvé des aspects de José.
Malgré tout, ce livre a été très reposant et j’ai vraiment rigolé (oui rigolé et pas souris) en lisant ce livre. Néanmoins je trouve que 9,90 est un peu excessif pour cette histoire sans queue ni tête, il faut se l’avouer. Et aussi on se perd un peu dans l’histoire car tout arrive si vite que l’on a le temps de rien en fait.
A déguster avec un thé. Un Earl Grey bien chaud. Si vous voyez ce que je veux dire.

6 / 10

Les Aventures de Mercy Thompson, tome 1, l’Appel de la Lune, Patricia Briggs

l'appel de la lune.JPG
Editions Milady Bit-Lit
Publié en 2008
386 pages
7,10€

Résumé

« Les loups-garous peuvent être dangereux si vous vous mettez en travers de leur chemin. Ils ont un talent extraordinaire pour dissimuler leur véritable nature aux yeux des humains. Mais moi, je ne suis pas tout à fait humaine ».
En effet, Mercy Thompson n’est pas une fille des plus banales. Mécanicienne dans le Montana, c’est une dure à cuire qui n’hésite pas à mettre les mains dans le cambouis et à sortir les griffes quand le danger frappe à sa porte. Mais ce n’est pas tout : son voisin très sexy est le chef de meute d’une bande de loups-garous, le minibus qu’elle bricole en ce moment appartient à un vampire, et la vieille dame très digne qui lui rend visite vient jeter des sorts sur son garage. Au cœur de ce monde des créatures de la nuit, Mercy se trouve mêlée à une délicate affaire de meurtre et d’enlèvement…

Ce que j’en ai pensé

Alors j’ai tout d’abord bien aimé ce livre, j’avais trouvé l’histoire assez originale, vu que je n’avais jamais lu de livre sur les loups-garous et encore moins sur les coyotes ! Le personnage de Mercy m’avait pas mal plus au début, mais je dois avouer qu’à la longue, elle m’a vraiment énervé. Mais ça s’est dissipé les 50 dernières pas du livre, quand tout c’est passé à la fin. J’ai trouvé la narration assez répétitive et il y a des expressions assez ringardes je trouve.

On se retrouve dans le Montana, dans une petite ville où seul le garage de Mercy sert de commerce. Mercy est un coyote, et elle habite juste à côté de le maison de l’Alpha de la région, Adam. Tout allait pour le mieux dans sa meute jusqu’au jour où Mercy lui a apporté un nouveau loup. Je pense que tout commence à cause de ce garçon, Mac. Mais je dois avouer que j’ai pas tout compris l’intrigue du livre. Si, la fin, j’ai à peu près compris, mais il y a plein d’éléments qui sont rentrés par une oreille (ou plutôt un oeil) et qui sont sortis par l’autre. Et donc le fait de ne pas comprendre la plupart de l’histoire ne m’a pas fait l’aimer beaucoup. Je lisais automatiquement, sans vraiment enregistrer les informations. Mais l’idée de base est originale et j’ai bien aimé ce fond-là.
  —

Tout d’abord, on a Mercy, qui est une mécanicienne hors paire. Elle n’est pas naïve, elle connait ses pouvoirs, ce n’est pas la découverte pour elle mais elle découvre quand même certaines choses sur elle au fur et à mesure de l’histoire mais c’est normal. Mercy est une fille badass, elle n’hésite pas à ce battre pour protéger ses proches. Je l’ai bien aimé au début et à la fin du livre, mais au milieu, là où j’ai calé, elle m’a un peu saoulé !
Ensuite on a Adam qui est le voisin de Mercy et un loup-garou Alpha. Il est pas mal physiquement si on en croit Mercy. Je l’ai bien aimé, il est assez mystérieux et ça fait tout son charme.

Après, il y a Samuel, un autre loup de l’ancienne région de Mercy. Je l’ai bien aimé à la fin du livre, comme à peu près la plupart des autres personnages. Lui, il aimerait bien faire de Mercy sa compagne, parce qu’en tant que coyote, elle pourrait porter ses enfants sans problèmes alors que les humaines mourraient d’un accouchement pareil.
Mais j’ai trouvé que ce livre manquait cruellement de romance. Il n’y en a qu’à la fin, un tout petit peu, alors que je l’ai attendu pendant tout le livre. Donc j’en demande quand même beaucoup au prochain tome !

Un livre qui m’a un peu déçu, qui n’a pas su me tenir en haleine mais dont l’histoire de base est bien trouvée et j’ai beaucoup aimé Adam. Mais il manque de romance.

6 / 10