Drame

Le baiser de la femme araignée, Manuel Puig

FemmeAraignee-3.jpg

Editions Points
Publié en 1970
338 pages
8€

Divider-5-1 - copia

RESUME

« Tant que je serai avec lui, j’aurai l’espoir qu’il me raconte quelque chose… et s’il me raconte quelque chose, j’aurai l’espoir de ma libération. » Une voix s’élève dans l’obscurité d’une prison de Buenos Aires. Molina, homosexuel, condamné pour détournement de mineur, ressuscite pour son codétenu Valentin, jeune guérillero, la splendeur du cinéma des années 40. Au fil des nuits et des histoires, un lien se noue entre eux que tout opposait, la confiance se tisse et l’espoir ne disparaît pas tout à fait. Raconter pour rester debout, pour devenir un homme, pour être libre enfin.

Divider-5-1 - copia

pense

J’ai du lire ce livre pour les cours d’analyse textuelle. Évidement, comme j’étudie l’espagnol je l’ai lu en VO. Au début, j’ai eu un peu de mal avec le livre, mais une fois l’histoire mise en place, j’ai pu apprécier le livre à sa juste valeur. En plus, ma prof nous vendait ce livre comme une bible, alors j’ai eu encore plus envie de le lire. C’est une histoire qui parle d’homosexualité, de prison et de lutte révolutionnaire. Mais pour échapper à la société et tout ce qui les entoure, les personnages se racontent des histoires ou des secrets.

L’histoire se passe en Argentine, dans une prison de Buenos Aires dans les années 70. On a ce personnage, Molina, qui est un homosexuel, qui ne s’en cache pas et on a aussi Valentin qui se retrouve dans la même cellule que lui. Au début, les deux personnages ne se parlent pas. Surtout Valentin, qui reste silencieux et ne partage rien sur lui. Mais Molina a l’habitude de parler, de raconter plein de choses et c’est grâce à lui que la relation entre les deux va commencer.

Tout d’abord, Molina va raconter des films qu’il a vu au cinéma. Ensuite, Valentin va lui poser des questions sur ces films ou alors il va les commenter. Et ensuite, ils vont commencer à se parler de leur vie. Mais tout ça le soir, car la journée, Valentin préfère étudier. C’est un révolutionnaire et il doit se préparer à tout.

Je dois avouer aussi qu’au départ, j’ai eu du mal avec la rédaction : en effet, le livre est écrit en dialogue. Il n’y a pas de descriptions, à part dans les longs monologues de Molina, quand il raconte ses films. Mais finalement, j’ai trouvé que cette particularité ajoutait quelque chose en plus au livre et je m’y suis faite très vite.

Mais il y a quelque chose dans ce livre qui m’a plu. Sûrement l’évolution de la relation entre les deux hommes. Valentin s’ouvre de plus en plus au fil des pages, et en même temps que Molina on apprend ce qui le motive dans la vie.

bref

J’ai vraiment bien aimé ce livre, cette histoire originale, même si j’ai mis pas mal de temps à le lire.

7 / 10