Dystopie·Science-Fiction

La Terre Brûlée – James Dashner

la-terre-b

Et si la vie était pire hors du labyrinthe ? Thomas en était sûr, la sortie du Labyrinthe marquerait la fin de l’Épreuve. Mais à l’extérieur il découvre un monde ravagé. La terre est dépeuplée, brûlée par un climat ardent. Plus de gouvernement, plus d’ordre…. et des hordes de gens infectés en proie à une folie meurtrière errent dans les villes en ruines. Au lieu de la liberté espérée, Thomas se trouve confronté à un nouveau défi démoniaque. Au coeur de cette Terre Brûlée, parviendra-t-il enfin à trouver la paix… et un peu d’amour ? Poursuivre la lecture « La Terre Brûlée – James Dashner »

Dystopie·Science-Fiction

Les Chroniques Lunaires, tome 1 : Cinder, Marissa Meyer

103_0967.JPG

Editions Pocket Jeunesse
Publié en 2013
412 pages
18,50€

Divider-5-1 - copia

RESUME

A New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire une paria. Elle partage sa vie entre l’atelier où elle répare des robots et sa famille adoptive. A seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches plus ou moins dégradantes qu’elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre. Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie – son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu’éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n’a aucune chance de s’épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune ! Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l’humanité est peut-être entre ses mains.

Divider-5-1 - copia

pense

Ça faisait pratiquement un an que j’avais ce premier tome dans ma PAL et finalement j’en attendais quand même un peu plus. J’ai bien aimé l’histoire de base et l’univers. C’est une dystopie vraiment originale et une saga qui fait son effet. Ce livre a son monde à lui et ça fait du bien de lire de l’originalité, même si on garde quand même la base de la dystopie, car c’est toujours le même schéma.

histoire

L’histoire se passe dans notre monde, mais dans le futur. On se trouve en Chine, à New Beijing. Déjà, j’ai beaucoup aimé le fait qu’on ne soit pas sur les ruines des Etats-Unis comme la plupart des dystopies. Et il y a même mieux : la lune est habitée. Et il y a une guerre entre les deux « mondes ». Le reine de la lune, Levana, veut devenir impératrice de l’orient en se mariant avec le prince Kai. Il faut dire que j’adore les histoires de royaumes donc ça partait sur un point positif pour moi.
Cinder est un robot, ce qui n’est pas anodin dans ce monde, mais elle s’en cache. Une maladie destructrice, la letumose, a pris le contrôle de la planète et les gens meurent à petit feu. La famille royale est en danger. Mais il se trouve que Cinder est immunisée contre la maladie, et peut-être qu’en elle se trouve le remède. Un univers vraiment intéressant et attirant, qui part sur une réécriture de conte. 

perso

Cinder est une jeune femme-robot qui parait presque humaine. J’ai dis presque, car même si on la suit et on la voit agir, j’ai eu du mal à la voir comme une humaine. Pour moi les robots n’ont pas de sentiments ni se ressentis, et je n’ai pas arrêté de me fixer sur ça le long de ma lecture. J’ai beaucoup aimé Cinder mais j’ai été bloquée. D’ailleurs, j’ai eu du mal à rentrer dans l’action au début du livre, peut être à cause de ça.
Je suis tombée amoureuse du prince Kai, il est juste tellement craquant. Et à la fin, mon coeur a failli s’arrêter à cause de ce  prince plus que charmant. J’ai adoré sa rencontre avec Cinder, et finalement, comme c’est une androïde, on oublie un peu son âge et pour moi elle était très mature pour 16 ans. Et j’ai adoré la fin de ce livre, car elle est rempli en action et c’est ce que j’aime. Ensuite, je me suis attachée à Iko, le petit robot de Cinder. Bien évidemment, j’ai détesté la reine Levana et la belle-mère, Adri. 

bref

Pour la révélation qu’on apprend à la fin concernant Cinder, je l’ai découvert dès le début, quand on a appris l’existence de cette personne. Je le soupçonnais et donc je n’ai pas été surprise quand ça s’est révélé vrai.  Mais l’histoire en elle-même était folle et transporte n’importe qui dans son monde. Et j’ai adoré la rédaction et l’écriture. Il y a beaucoup de choses que j’ai adoré dans ce livre et je ne pourrais pas toutes les citer. La seule chose avec laquelle j’ai eu du mal, c’est Cinder, mais c’est parce que je l’ai beaucoup trop vu comme un robot. En ce qui concerne la réécriture de conte, on retrouve quelques éléments de cendrillon, mais l’histoire est clairement propre à elle-même. 

Une dystopie incroyable que j’aurais aimé découvrir plus tôt !

9 / 10

Contemporain·Young Adult

Là où j’irai, Gayle Forman

103_0982.JPG

Editions PKJ
Publié en novembre 2011
234 pages
6,30€

Divider-5-1 - copia

Résumé

Adam se glisse dans la salle. Il a 21 ans, c’est une rock star adulée et l’ancien amoureux de Mia… Trois ans plus tôt, Mia était partie sans un au revoir, sans une explication. Leurs retrouvailles est un choc : les souvenirs, bons et mauvais, ressurgissent, les sentiments encore à vif les submergent, leur amour qu’il pensait indestructible quelques années plus tôt se heurte à la réalité de leur vie présente. De nouveau, Mia est confrontée à un choix : doit-elle revenir en arrière pour donner une chance à son premier amour? Peut-on revivre la même passion si longtemps après, malgré les souffrances endurées? Ils ont une soirée pour décider. Plus forte que les mots, la musique les emporte dans un tourbillon d’émotions. Mais est-ce suffisant pour les réunir de nouveau?
g

Divider-5-1 - copia

Ce que j’en ai pensé

Tout d’abord, il n’était pas prévu que je lise ce livre, il m’est littéralement tombé dessus ! Pour la petite histoire, tout les ans, je vais en Auvergne et je loue un gîte. Cette année, le gîte avait un peu de livres à offrir aux clients et en regardant les titres, je suis tombée sur Là où j’irai. Alors, même si j’avais emporté ma lecture en cours, je l’ai mis en pause pour pouvoir lire ce deuxième tome. Je crois que c’était un signe, que ce livre voulait absolument être lu. Et bien sûr, je n’ai pas pu lui résister. Rien qu’à voir la couverture je me suis remémorée le premier tome que j’avais dévoré. J’ai eu une soudaine envie de replonger dans le monde de Mia et Adam.

Je ne m’attendais pas à ce que l’histoire soit racontée par Adam, mais ça m’a tout de suite plu. J’ai tout de suite accroché.

Dès les premières pages, j’ai été super contente de retrouver Gayle Forman, je trouve que cette auteur a un style bien particulier, on la reconnaît directement. D’habitude, je ne retiens pas tellement l’écrire des auteurs, mais la plume de Gayle ne s’oublie pas. Elle a une forme d’intelligence dans son écriture je trouve. Tout est liée, elle sait très bien où elle mène son histoire. Je pense que Gayle Forman est une de mes auteurs préférés. Si je lisais un livre d’elle sans savoir que c’est elle qui a écrit le livre, je le saurais directement, j’arriverais à le découvrir dès les premiers mots. Elle a un truc qui fait qu’on sait que c’est elle. Et ça, j’adore. Ce n’est pas un style jeunesse je trouve. C’est une rédaction qui est enrichie, avec des figures de style qui ressemblent aux personnages. Non franchement je suis tombée amoureuse de sa plume.

Mon dieu ce que j’ai aimé retrouvé les personnages, savoir que Mia va bien malgré tout ce qu’elle a subi. J’ai aimé être dans la tête d’Adam, avoir tout les souvenirs des trois dernières années que l’auteur a décidé de nous raconter à travers des souvenirs, comme elle l’a déjà fait pour le premier tome. On peut suivre en même temps les flash-back que nous raconte Adam et sa vie actuelle. On peut faire le contraste avec le passé. On peut le comprendre.

Et c’est ce que j’aime chez Gayle Forman, j’aime cette intelligence. Je trouve ce livre limite philosophique, quand on en ressort, on se pose plein de questions sur notre vie, sur ce qu’on veut faire. Cette histoire nous donne des leçons, elle est bourrée d’émotions. Cette duologie est devenue une de mes histoires préférés, je la conseillerais à tout le monde. Elle est tellement belle et pure. Elle est légère et pourtant on a l’impression d’avoir vécu tellement dès qu’on en sort. Elle est peut être courte, mais c’est justement ce qu’il faut. J’aimerais pouvoir faire découvrir ce livre à tout le monde, j’aimerais que chacun découvre cette histoire formidable.

Une belle leçon de vie.

10 / 10

Contemporain

Eleanor & Park, Rainbow Rowell

Eleanor & park.JPG

Editions PKJ
Publié en 2014.
380 pages
16,90€


4ème de Couverture : 

1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s’installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l’ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths… Et qu’importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là.


Mon Avis :

J’ai bien aimé ce livre mais ça n’a pas été un coup de coeur. C’est vrai que c’est une jolie histoire fraîche et prenante mais j’ai vraiment eu du mal à me plonger dedans, il n’y a qu’à la fin que je suis restée scotchée à mon livre, parce que c’est le seul moment où il y a vraiment de l’action et surtout quelque chose qui nous attrape. Il y a plusieurs passages que je n’ai pas compris dans le livre aussi, alors que c’est un contemporain jeunesse.
—–
De même, dès le début du livre, on nous présente une multitude de références (de film surtout, mais de musique aussi) et j’ai trouvé ça assez lassant à force. Peut être est-ce parce que l’auteur veut mettre en avant les années 80 et son cinéma/musique. Après j’ai trouve que la rédaction était assez plaisante, mais j’en avais un peu marre des fois de devoir tout déchiffrer. Ce n’est pas une écriture fluide pour moi, je trouve les tournures de phrases assez recherchées, ce qui n’est pas non plus une mauvaise chose mais je ne m’attendais pas à ça.
—-
Je m’attendais aussi à une histoire de folie, un roman qui aller me poigner, parce que j’en ai beaucoup entendu parler en bien. Je ne dis pas que l’histoire est banale, loin de là. Mais je n’ai pas tellement accroché aux personnages du livres, je n’ai pas trouvé Eleanor touchante, même si sa situation familiale m’a un peu touchée. Et aussi le fait du harcèlement scolaire (qui aurait du encore être plus développé pour moi parce que c’est quelque chose dont on ne parle pas souvent).
La mise en page du livre est assez originale, on peut se retrouver avec un chapitre qui fait 10 lignes. De même, le fait que l’on a dans le chapitre soit le point de vue externe de Park ou de Eleanor, mais je ne sais pas encore si c’est quelque chose que j’ai aimé ou que j’ai détesté. Et enfin, j’ai trouvé que ça manquait de dialogue, qu’on avait beaucoup trop de description, mais dans ses descriptions, on n’a rien appris sur la vie de Eleanor avant qu’elle arrive chez sa mère, ce qui m’a dérangé.
Mais c’est tout de même une très belle histoire, un très beau premier amour et si je devais vous le conseiller, je le ferais.

7 / 10

Dystopie

L’Epreuve, tome 1 : le labyrinthe, James Dashner

le labyrinthe

Editions  PKJ
Publié en 2012
410 pages
18,50€


Résumé

Thomas, dont la mémoire a été effacée, se réveille un jour dans un nouveau monde où vivent une cinquantaine d’enfants. Il s’agit d’une ferme située au centre d’un labyrinthe peuplé de monstres d’acier terrifiants. Les ados n’ont aucun souvenir de leur vie passée et ne comprennent pas ce qu’ils font là. Ils n’ont qu’un seul désir, trouver la sortie. Pour ce faire, les « coureurs » parcourent chaque jour le labyrinthe pour en dresser les plans – des plans qui changent sans cesse, puisque les murs se déplacent chaque nuit. Le risque est grand mais, dès son arrivée, Thomas a une impression de déjà-vu, il sait qu’il veut être coureur et résoudre l’énigme du labyrinthe.


Ce que j’en ai pensé

C’est le premier livre que j’ai lu pour le Summer French Read A Thon et je n’en suis pas déçu. Bon, j’avoue que j’avais vu le film au cinéma avant d’avoir lu le livre donc je connaissais déjà l’histoire. Mais je pense lire le tome 2 avant de voir le film 2. En attendant, je ne sais pas si j’ai préféré le livre au film. Les deux sont assez différents, mais je les aime beaucoup. J’aime la dystopie, c’est même ce que je préfère. On peut y voir l’avis des écrivains sur ce qui pourrait se passer dans le futur suite à nos actions.

—-
Thomas se réveille dans une boîte qui monte et il découvre un monde jamais vu. D’ailleurs, il n’a plus aucun souvenir de sa vie d’avant, comme tout les autres garçons dans ce « monde ». Il s’agit en fait d’un pré, d’une prairies avec une ferme, des animaux, des plantes… de quoi vivre. Mais surtout ce pré est entouré de murs de 10m de long. La cinquantaine de garçons se trouvent dans un endroit appelé le Bloc, et tout autour d’eux se trouve un labyrinthe, pour les empêcher de sortir. Ils sont comme prisonniers dans le Bloc. Le labyrinthe est protégé par des griffeurs, des grosses bêtes qui n’hésitent pas à déchiqueter qui que ce soit se trouvant sur leur passage. Mais avec l’arrivée de Thomas, les choses vont changer, alors que ça fait 2 ans que les premiers blocards sont arrivés. Tous des garçons. J’ai vraiment adoré ce monde : à part les griffeurs, ça pourrait ressembler à quelque chose de bien. Mais le fait qu’ils n’aient pas leur souvenir est embêtant aussi.

—-
Thomas est le personnage principal. C’est lui que l’on suit à travers le livre, même si la narration est externe. C’est un garçon de 17 ans, qui sait ce qu’il veut et qui est déterminé. Ce qu’il veut, c’est sortir du Bloc, avec les autres garçons. Et grâce à sa motivation, tout le monde va le suivre. Il y a aussi Minho, qui est un coureur, comme Thomas. Il court depuis 2 ans dans le labyrinthe pour essayer de trouver une issue. J’ai bien aimé le personnage de Minho. J’ai aussi beaucoup aimé l’humour, le langage familier des blocards et le fait qu’ils s’appellent tous « tocard »! Chuck est le premier ami que Thomas se fait au Bloc, c’est un petit garçon de 13 ans. Il y a aussi Newt, qui est un des premiers, tout comme Alby. Eux deux sont les chefs des blocards. Ils décident pas mal de choses. Et il y a aussi Gally, qui joue un rôle assez important, notamment à la fin et aussi avec le fait qu’il n’aime pas Thomas. Et bien évidemment, il y a Teresa, qui a un caractère bien trempé et qui ne se laisse pas faire. J’ai beaucoup aimé les personnages du livre, j’ai pas mal accroché avec eux.
—-

Le Labyrinthe est une histoire que j’ai beaucoup aimé et que je recommande à tout le monde. Je trouve que c’est une dystopie originale et j’ai adoré le mystère tout autour du labyrinthe et même encore après.

 9 / 10